21 mars 2008

droit de réponse: into the wild

P1030781Un petit coucou pour te souhaiter une belle virée en Toscane.....Ici, le temps sera pourri avec peut-être même de la neige mais peu importe, il y aura toujours le ciné . A propos, j'ai vu sur ton blog que tu n'a pas aimé Into the wild; je n'ai pas resenti les choses de la même façon , certainement parce que ce film a bien des résonnances en moi et qu'il me renvoie à ma folle époque des années 70; de plus, je crois que si Sean Penn a choisi d'adapter cette histoire vraie maintenant, ce n'est pas un  hasard : il se retrouve lui aussi dans la quête personnelle de ce gars mais aussi certainement en tant qu'individu engagé contre Bush, il y voit une échappatoire à cette politique matérialiste désastreuse; je t'envoie l'une de ses interviews à propos de ce film:

Vous vous reconnaissez en Chris ?

Je pense que je m'y suis je reconnu en partie. C'est une aventure qui peut interpeller tout le monde. On partage, consciemment ou non, cette volonté de parcourir le monde et je voudrais que ce film encourage à ce type de réflexion, même si on en montre les dangers. Dans notre monde occidental, on a perdu le sens des rites de passage à l'âge adulte, ces rites initiatiques qui permettent de se connaître, d'appréhender nos limites et de goûter à la vie. C'est cette volonté universelle que j'ai voulu traduire en images.

Partir, est ce fuir la politique de Bush ?

Vous connaissez mes positions… Cependant, cette quête d'une vraie et authentique Amérique ne se fait pas par opposition (politique) à quelque chose, ni à la politique d'un pays. Un jour, le père de Chris m'a dit : "ce n'est pas qu'il voulait brûler sa maison, il voulait juste l'oublier, la mettre derriere lui et effacer ce qu'il ne voulait plus voir". Je crois que Chris voulait aussi découvrir les choses, les paysages vierges, au moment même où il les découvrait, sans se demander ce qu'il allait voir et apprendre. Aller de l'avant sans regarder en arrière...

Into the Wild permet donc à Sean Penn d’explorer quelques uns des paradigmes fondateurs de la psyché américaine - la renaissance par la conquête d’une terre promise, l’expérience mystique d’une confrontation totale à la nature, la liberté individuelle envisagée avec un certain fanatisme. Au centre pourtant, ce qui résonne est d’abord humain. Le roman familial de chacun, ses déchirures, ses métamorphoses, sa reconstruction par la parole. Enfin, l’importance primordiale du lien comme vecteur de sens à l’existence.

http://www.peauneuve.net/article.php3?id_article=207

Posté par floritalia2A à 06:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur droit de réponse: into the wild

Nouveau commentaire